Search form

En bref
RTE PARTIE PRENANTE DE L’OREL

La prochaine réunion de l’Observatoire régional de l’énergie de Lorraine (OREL) aura lieu le 25 novembre prochain. Réunissant le conseil régional, l’ADEME, la DREAL, et les acteurs territoriaux de l’énergie, dont RTE, l’OREL s’est fixé pour objectif de connaître et d’évaluer périodiquement le profil énergétique et climatique régional ; de porter à la connaissance des décideurs les actions menées en région sur ces thèmes ; et enfin de suivre et d’évaluer le Plan climat régional ainsi que le Schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie (SRCAE).

LA FIBRE OPTIQUE POUR TOUS DANS LE DOUBS

La fibre optique de bout en bout, pour amener le très haut débit dans chaque foyer et entreprise du territoire, c’est l’objectif du département du Doubs. Pour y parvenir, il s’appuie notamment sur les fibres optiques excédentaires mises à disposition par RTE, via sa filiale Arteria. Le point avec Denis Leroux, vice-président du conseil départemental et président du syndicat mixte Doubs très haut débit, qui porte le projet.

Comment est né le projet Doubs très haut débit ?
En 2010, le Doubs a été l’un des premiers départements porteurs d’un schéma directeur territorial d’aménagement numérique pour permettre un accès égalitaire au très haut débit sur tout son territoire. Nous nous sommes orientés dès le départ vers la constitution d’un réseau tout optique, parallèlement au réseau cuivre existant. Si l’opérateur privé Orange a répondu à l’appel à manifestation d’intention d’investir pour les principales agglomérations du département (Besançon, Montbéliard et la ville de Pontarlier), il revenait au service public de pourvoir aux besoins du reste du territoire, à dominante plus rurale, soit 90 % de la superficie du Doubs et près de 40 % de la population et des entreprises. Le projet s’élève à 180 millions d’euros sur dix ans et réunit le Département et 21 intercommunalités à ce jour (31 à terme).

Où en êtes-vous de son déploiement ?
Le premier nœud de raccordement optique a été inauguré le 1er septembre sur la communauté de commune de Frasne-Drugeon. Une cinquantaine d’autres seront déployés ensuite. La première phase du projet, lancée en octobre 2014, permettra de desservir 36 000 foyers et une centaine d’entreprises sur 9 intercommunalités d’ici fin 2017… pour atteindre 120 000 foyers raccordés d’ici 2024. 

Comment RTE contribue-t-il à ce déploiement ?
Les 200 km de fibres optiques surnuméraires mises à disposition par RTE sur son réseau électrique, via sa filiale Arteria, constituent la colonne vertébrale du réseau. Le contrat conclu en mars 2015 nous en accorde l’usage pour quinze ans. C’est une opportunité très intéressante, qui nous exonère de la constitution d’une très grande partie du réseau de collecte, et nous permet, moyennant un loyer annuel, de nous appuyer sur une infrastructure optique performante et de qualité.

ARTERIA, LA FIBRE DES TERRITOIRES

Depuis une quinzaine d’années, RTE utilise pour ses besoins de protection et de conduite du système électrique un réseau de télécommunication basé sur des fibres optiques installées le long de ses lignes. Afin de contribuer au déploiement du très haut débit sur le territoire national, RTE met à disposition ses fibres excédentaires via sa filiale Arteria, créée en 2002. « Ces liaisons par fibre optique représentent près de 22 000 km de lignes – aériennes et souterraines – sur l’ensemble du territoire national, dont 7 000 km sont déjà commercialisés par Arteria, explique Bruno Meyer, son directeur général. Nos clients sont notamment les collectivités territoriales, des opérateurs télécom ou des producteurs d’électricité. » Pour en savoir plus : www.arteria.fr



En bref
RTE PARTIE PRENANTE DE L’OREL

La prochaine réunion de l’Observatoire régional de l’énergie de Lorraine (OREL) aura lieu le 25 novembre prochain. Réunissant le conseil régional, l’ADEME, la DREAL, et les acteurs territoriaux de l’énergie, dont RTE, l’OREL s’est fixé pour objectif de connaître et d’évaluer périodiquement le profil énergétique et climatique régional ; de porter à la connaissance des décideurs les actions menées en région sur ces thèmes ; et enfin de suivre et d’évaluer le Plan climat régional ainsi que le Schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie (SRCAE).

LA FIBRE OPTIQUE POUR TOUS DANS LE DOUBS

La fibre optique de bout en bout, pour amener le très haut débit dans chaque foyer et entreprise du territoire, c’est l’objectif du département du Doubs. Pour y parvenir, il s’appuie notamment sur les fibres optiques excédentaires mises à disposition par RTE, via sa filiale Arteria. Le point avec Denis Leroux, vice-président du conseil départemental et président du syndicat mixte Doubs très haut débit, qui porte le projet.

Comment est né le projet Doubs très haut débit ?
En 2010, le Doubs a été l’un des premiers départements porteurs d’un schéma directeur territorial d’aménagement numérique pour permettre un accès égalitaire au très haut débit sur tout son territoire. Nous nous sommes orientés dès le départ vers la constitution d’un réseau tout optique, parallèlement au réseau cuivre existant. Si l’opérateur privé Orange a répondu à l’appel à manifestation d’intention d’investir pour les principales agglomérations du département (Besançon, Montbéliard et la ville de Pontarlier), il revenait au service public de pourvoir aux besoins du reste du territoire, à dominante plus rurale, soit 90 % de la superficie du Doubs et près de 40 % de la population et des entreprises. Le projet s’élève à 180 millions d’euros sur dix ans et réunit le Département et 21 intercommunalités à ce jour (31 à terme).

Où en êtes-vous de son déploiement ?
Le premier nœud de raccordement optique a été inauguré le 1er septembre sur la communauté de commune de Frasne-Drugeon. Une cinquantaine d’autres seront déployés ensuite. La première phase du projet, lancée en octobre 2014, permettra de desservir 36 000 foyers et une centaine d’entreprises sur 9 intercommunalités d’ici fin 2017… pour atteindre 120 000 foyers raccordés d’ici 2024. 

Comment RTE contribue-t-il à ce déploiement ?
Les 200 km de fibres optiques surnuméraires mises à disposition par RTE sur son réseau électrique, via sa filiale Arteria, constituent la colonne vertébrale du réseau. Le contrat conclu en mars 2015 nous en accorde l’usage pour quinze ans. C’est une opportunité très intéressante, qui nous exonère de la constitution d’une très grande partie du réseau de collecte, et nous permet, moyennant un loyer annuel, de nous appuyer sur une infrastructure optique performante et de qualité.

ARTERIA, LA FIBRE DES TERRITOIRES

Depuis une quinzaine d’années, RTE utilise pour ses besoins de protection et de conduite du système électrique un réseau de télécommunication basé sur des fibres optiques installées le long de ses lignes. Afin de contribuer au déploiement du très haut débit sur le territoire national, RTE met à disposition ses fibres excédentaires via sa filiale Arteria, créée en 2002. « Ces liaisons par fibre optique représentent près de 22 000 km de lignes – aériennes et souterraines – sur l’ensemble du territoire national, dont 7 000 km sont déjà commercialisés par Arteria, explique Bruno Meyer, son directeur général. Nos clients sont notamment les collectivités territoriales, des opérateurs télécom ou des producteurs d’électricité. » Pour en savoir plus : www.arteria.fr



LA FIBRE OPTIQUE POUR TOUS DANS LE DOUBS

La fibre optique de bout en bout, pour amener le très haut débit dans chaque foyer et entreprise du territoire, c’est l’objectif du département du Doubs. Pour y parvenir, il s’appuie notamment sur les fibres optiques excédentaires mises à disposition par RTE, via sa filiale Arteria. Le point avec Denis Leroux, vice-président du conseil départemental et président du syndicat mixte Doubs très haut débit, qui porte le projet.

Comment est né le projet Doubs très haut débit ?
En 2010, le Doubs a été l’un des premiers départements porteurs d’un schéma directeur territorial d’aménagement numérique pour permettre un accès égalitaire au très haut débit sur tout son territoire. Nous nous sommes orientés dès le départ vers la constitution d’un réseau tout optique, parallèlement au réseau cuivre existant. Si l’opérateur privé Orange a répondu à l’appel à manifestation d’intention d’investir pour les principales agglomérations du département (Besançon, Montbéliard et la ville de Pontarlier), il revenait au service public de pourvoir aux besoins du reste du territoire, à dominante plus rurale, soit 90 % de la superficie du Doubs et près de 40 % de la population et des entreprises. Le projet s’élève à 180 millions d’euros sur dix ans et réunit le Département et 21 intercommunalités à ce jour (31 à terme).

Où en êtes-vous de son déploiement ?
Le premier nœud de raccordement optique a été inauguré le 1er septembre sur la communauté de commune de Frasne-Drugeon. Une cinquantaine d’autres seront déployés ensuite. La première phase du projet, lancée en octobre 2014, permettra de desservir 36 000 foyers et une centaine d’entreprises sur 9 intercommunalités d’ici fin 2017… pour atteindre 120 000 foyers raccordés d’ici 2024. 

Comment RTE contribue-t-il à ce déploiement ?
Les 200 km de fibres optiques surnuméraires mises à disposition par RTE sur son réseau électrique, via sa filiale Arteria, constituent la colonne vertébrale du réseau. Le contrat conclu en mars 2015 nous en accorde l’usage pour quinze ans. C’est une opportunité très intéressante, qui nous exonère de la constitution d’une très grande partie du réseau de collecte, et nous permet, moyennant un loyer annuel, de nous appuyer sur une infrastructure optique performante et de qualité.

ARTERIA, LA FIBRE DES TERRITOIRES

Depuis une quinzaine d’années, RTE utilise pour ses besoins de protection et de conduite du système électrique un réseau de télécommunication basé sur des fibres optiques installées le long de ses lignes. Afin de contribuer au déploiement du très haut débit sur le territoire national, RTE met à disposition ses fibres excédentaires via sa filiale Arteria, créée en 2002. « Ces liaisons par fibre optique représentent près de 22 000 km de lignes – aériennes et souterraines – sur l’ensemble du territoire national, dont 7 000 km sont déjà commercialisés par Arteria, explique Bruno Meyer, son directeur général. Nos clients sont notamment les collectivités territoriales, des opérateurs télécom ou des producteurs d’électricité. » Pour en savoir plus : www.arteria.fr



En bref
RTE PARTIE PRENANTE DE L’OREL

La prochaine réunion de l’Observatoire régional de l’énergie de Lorraine (OREL) aura lieu le 25 novembre prochain. Réunissant le conseil régional, l’ADEME, la DREAL, et les acteurs territoriaux de l’énergie, dont RTE, l’OREL s’est fixé pour objectif de connaître et d’évaluer périodiquement le profil énergétique et climatique régional ; de porter à la connaissance des décideurs les actions menées en région sur ces thèmes ; et enfin de suivre et d’évaluer le Plan climat régional ainsi que le Schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie (SRCAE).