Search form

En bref
LE FESTIVAL BREIZH TRANSITION « FAIT MIEUX AVEC MOINS »

Du 18 au 20 septembre 2015, RTE a présenté sur son stand, les applications Eco2mix (pour tout savoir sur le système électrique en temps réel) et Ecowatt (un système citoyen de modération de la consommation). Le délégué régional a, quant à lui, coopéré à une table ronde sur les smart grids. Une participation qui illustre le rôle de RTE dans la transition énergétique.

UN SALON PLACÉ SOUS LE SIGNE DU DIALOGUE

C’est avec un plaisir renouvelé que RTE a participé à la 29e édition du salon Space à Rennes du 15 au 18 septembre 2015. Une occasion d’aller à la rencontre des exploitants et un vrai temps fort puisque 80 % des ouvrages de RTE sont installés en milieu agricole.


Les métropoles sont le lieu où se concentrent les ressources qui permettent d’inventer des solutions innovantes et efficaces aux défis de demain.

Johanna Rolland,
maire de Nantes, présidente de Nantes Métropole, présidente d’Eurocities
TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES EN PREMIÈRE LIGNE

Faire évoluer le mix énergétique et réduire par deux les consommations énergétiques à l’horizon 2050, telles sont les ambitions de la loi sur la transition énergétique. Comment décliner ces ambitions nationales à l’échelle des territoires ? Des éléments de réponse avec Johanna Rolland, maire de Nantes, présidente de Nantes Métropole et présidente d’Eurocities.

Selon vous, quel rôle doit jouer une métropole en regard des enjeux de la transition énergétique ?
Les métropoles ont non seulement une expérience à partager mais un temps d’avance sur les questions de transition énergétique. Elles sont aussi le lieu où se concentrent les ressources qui permettent d’inventer des solutions innovantes et efficaces aux défis de demain. Les métropoles doivent porter la parole des citoyens dans les décisions internationales. Je pense notamment à la COP21 début décembre. Car même si ce sont les États qui négocient et fixent des objectifs ambitieux, ce sont les collectivités au niveau local qui pourront les concrétiser, au plus près du territoire et des réalités en prenant en compte leurs spécificités.

Où en est Nantes ?
Lorsque Nantes a été Capitale verte européenne en 2013, cela a été une reconnaissance de nos actions en faveur de l’environnement depuis de nombreuses années. Cette distinction n’est pas une fin, elle est un départ pour relever le défi de la transition énergétique. J’ai ainsi donné une nouvelle ambition à Nantes Métropole avec l’objectif de réduire de 50 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Je suis convaincue que c’est avec les acteurs du territoire que nous arriverons à franchir cette nouvelle étape et garantir ainsi à tous une ville plus accessible, plus abordable et plus attractive. La transition énergétique est une formidable opportunité créatrice d’emplois, de progrès social et d’innovation.

En tant que présidente d’Eurocities, quelle est votre appréciation de la notion de ville durable ?
Chaque collectivité a ses caractéristiques et cultures propres, aucun modèle n’est transposable en l’état. Il faut en tenir compte dans l’élaboration des politiques publiques pour une appropriation optimum par toutes et tous. Au sein d’Eurocities, “Les métropoles sont le lieu où se concentrent les ressources qui permettent d’inventer des solutions innovantes et efficaces aux défis de demain. ” Johanna Rolland, maire de Nantes, présidente de Nantes Métropole, présidente d’Eurocities l’association des 130 métropoles européennes que je préside, nous avons l’habitude de croiser nos expériences. Face aux défis auxquels nous devons répondre, la ville est une échelle de territoire pertinente pour agir concrètement avec les acteurs du territoire. Elle peut s’engager dans une politique alliant protection de l’environnement et services publics de qualité, avec une attention permanente à la cohésion sociale et le souci d’un développement équilibré.

Dans ce cadre, quelle est la place des réseaux électriques intelligents ?

Les réseaux électriques intelligents offrent l’opportunité d’agir concrètement en faveur de la transition énergétique. Ils favorisent une gestion sobre des ressources naturelles et une gestion économe des ressources financières par une meilleure maîtrise des productions et des consommations. À Nantes, le développement des réseaux électriques intelligents a une place centrale pour créer la « smart city » à la nantaise, cette ville « humaine et collaborative ». C’est l’innovation par et pour tous qui nous permettra de faire de Nantes la ville des intelligences mises en réseaux, qui fabrique à la fois du commun et l’énergie durable d’une ville vivante.

En bref
LE FESTIVAL BREIZH TRANSITION « FAIT MIEUX AVEC MOINS »

Du 18 au 20 septembre 2015, RTE a présenté sur son stand, les applications Eco2mix (pour tout savoir sur le système électrique en temps réel) et Ecowatt (un système citoyen de modération de la consommation). Le délégué régional a, quant à lui, coopéré à une table ronde sur les smart grids. Une participation qui illustre le rôle de RTE dans la transition énergétique.

UN SALON PLACÉ SOUS LE SIGNE DU DIALOGUE

C’est avec un plaisir renouvelé que RTE a participé à la 29e édition du salon Space à Rennes du 15 au 18 septembre 2015. Une occasion d’aller à la rencontre des exploitants et un vrai temps fort puisque 80 % des ouvrages de RTE sont installés en milieu agricole.


Les métropoles sont le lieu où se concentrent les ressources qui permettent d’inventer des solutions innovantes et efficaces aux défis de demain.

Johanna Rolland,
maire de Nantes, présidente de Nantes Métropole, présidente d’Eurocities
TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES EN PREMIÈRE LIGNE

Faire évoluer le mix énergétique et réduire par deux les consommations énergétiques à l’horizon 2050, telles sont les ambitions de la loi sur la transition énergétique. Comment décliner ces ambitions nationales à l’échelle des territoires ? Des éléments de réponse avec Johanna Rolland, maire de Nantes, présidente de Nantes Métropole et présidente d’Eurocities.

Selon vous, quel rôle doit jouer une métropole en regard des enjeux de la transition énergétique ?
Les métropoles ont non seulement une expérience à partager mais un temps d’avance sur les questions de transition énergétique. Elles sont aussi le lieu où se concentrent les ressources qui permettent d’inventer des solutions innovantes et efficaces aux défis de demain. Les métropoles doivent porter la parole des citoyens dans les décisions internationales. Je pense notamment à la COP21 début décembre. Car même si ce sont les États qui négocient et fixent des objectifs ambitieux, ce sont les collectivités au niveau local qui pourront les concrétiser, au plus près du territoire et des réalités en prenant en compte leurs spécificités.

Où en est Nantes ?
Lorsque Nantes a été Capitale verte européenne en 2013, cela a été une reconnaissance de nos actions en faveur de l’environnement depuis de nombreuses années. Cette distinction n’est pas une fin, elle est un départ pour relever le défi de la transition énergétique. J’ai ainsi donné une nouvelle ambition à Nantes Métropole avec l’objectif de réduire de 50 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Je suis convaincue que c’est avec les acteurs du territoire que nous arriverons à franchir cette nouvelle étape et garantir ainsi à tous une ville plus accessible, plus abordable et plus attractive. La transition énergétique est une formidable opportunité créatrice d’emplois, de progrès social et d’innovation.

En tant que présidente d’Eurocities, quelle est votre appréciation de la notion de ville durable ?
Chaque collectivité a ses caractéristiques et cultures propres, aucun modèle n’est transposable en l’état. Il faut en tenir compte dans l’élaboration des politiques publiques pour une appropriation optimum par toutes et tous. Au sein d’Eurocities, “Les métropoles sont le lieu où se concentrent les ressources qui permettent d’inventer des solutions innovantes et efficaces aux défis de demain. ” Johanna Rolland, maire de Nantes, présidente de Nantes Métropole, présidente d’Eurocities l’association des 130 métropoles européennes que je préside, nous avons l’habitude de croiser nos expériences. Face aux défis auxquels nous devons répondre, la ville est une échelle de territoire pertinente pour agir concrètement avec les acteurs du territoire. Elle peut s’engager dans une politique alliant protection de l’environnement et services publics de qualité, avec une attention permanente à la cohésion sociale et le souci d’un développement équilibré.

Dans ce cadre, quelle est la place des réseaux électriques intelligents ?

Les réseaux électriques intelligents offrent l’opportunité d’agir concrètement en faveur de la transition énergétique. Ils favorisent une gestion sobre des ressources naturelles et une gestion économe des ressources financières par une meilleure maîtrise des productions et des consommations. À Nantes, le développement des réseaux électriques intelligents a une place centrale pour créer la « smart city » à la nantaise, cette ville « humaine et collaborative ». C’est l’innovation par et pour tous qui nous permettra de faire de Nantes la ville des intelligences mises en réseaux, qui fabrique à la fois du commun et l’énergie durable d’une ville vivante.


Les métropoles sont le lieu où se concentrent les ressources qui permettent d’inventer des solutions innovantes et efficaces aux défis de demain.

Johanna Rolland,
maire de Nantes, présidente de Nantes Métropole, présidente d’Eurocities
TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES EN PREMIÈRE LIGNE

Faire évoluer le mix énergétique et réduire par deux les consommations énergétiques à l’horizon 2050, telles sont les ambitions de la loi sur la transition énergétique. Comment décliner ces ambitions nationales à l’échelle des territoires ? Des éléments de réponse avec Johanna Rolland, maire de Nantes, présidente de Nantes Métropole et présidente d’Eurocities.

Selon vous, quel rôle doit jouer une métropole en regard des enjeux de la transition énergétique ?
Les métropoles ont non seulement une expérience à partager mais un temps d’avance sur les questions de transition énergétique. Elles sont aussi le lieu où se concentrent les ressources qui permettent d’inventer des solutions innovantes et efficaces aux défis de demain. Les métropoles doivent porter la parole des citoyens dans les décisions internationales. Je pense notamment à la COP21 début décembre. Car même si ce sont les États qui négocient et fixent des objectifs ambitieux, ce sont les collectivités au niveau local qui pourront les concrétiser, au plus près du territoire et des réalités en prenant en compte leurs spécificités.

Où en est Nantes ?
Lorsque Nantes a été Capitale verte européenne en 2013, cela a été une reconnaissance de nos actions en faveur de l’environnement depuis de nombreuses années. Cette distinction n’est pas une fin, elle est un départ pour relever le défi de la transition énergétique. J’ai ainsi donné une nouvelle ambition à Nantes Métropole avec l’objectif de réduire de 50 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Je suis convaincue que c’est avec les acteurs du territoire que nous arriverons à franchir cette nouvelle étape et garantir ainsi à tous une ville plus accessible, plus abordable et plus attractive. La transition énergétique est une formidable opportunité créatrice d’emplois, de progrès social et d’innovation.

En tant que présidente d’Eurocities, quelle est votre appréciation de la notion de ville durable ?
Chaque collectivité a ses caractéristiques et cultures propres, aucun modèle n’est transposable en l’état. Il faut en tenir compte dans l’élaboration des politiques publiques pour une appropriation optimum par toutes et tous. Au sein d’Eurocities, “Les métropoles sont le lieu où se concentrent les ressources qui permettent d’inventer des solutions innovantes et efficaces aux défis de demain. ” Johanna Rolland, maire de Nantes, présidente de Nantes Métropole, présidente d’Eurocities l’association des 130 métropoles européennes que je préside, nous avons l’habitude de croiser nos expériences. Face aux défis auxquels nous devons répondre, la ville est une échelle de territoire pertinente pour agir concrètement avec les acteurs du territoire. Elle peut s’engager dans une politique alliant protection de l’environnement et services publics de qualité, avec une attention permanente à la cohésion sociale et le souci d’un développement équilibré.

Dans ce cadre, quelle est la place des réseaux électriques intelligents ?

Les réseaux électriques intelligents offrent l’opportunité d’agir concrètement en faveur de la transition énergétique. Ils favorisent une gestion sobre des ressources naturelles et une gestion économe des ressources financières par une meilleure maîtrise des productions et des consommations. À Nantes, le développement des réseaux électriques intelligents a une place centrale pour créer la « smart city » à la nantaise, cette ville « humaine et collaborative ». C’est l’innovation par et pour tous qui nous permettra de faire de Nantes la ville des intelligences mises en réseaux, qui fabrique à la fois du commun et l’énergie durable d’une ville vivante.

En bref
LE FESTIVAL BREIZH TRANSITION « FAIT MIEUX AVEC MOINS »

Du 18 au 20 septembre 2015, RTE a présenté sur son stand, les applications Eco2mix (pour tout savoir sur le système électrique en temps réel) et Ecowatt (un système citoyen de modération de la consommation). Le délégué régional a, quant à lui, coopéré à une table ronde sur les smart grids. Une participation qui illustre le rôle de RTE dans la transition énergétique.

UN SALON PLACÉ SOUS LE SIGNE DU DIALOGUE

C’est avec un plaisir renouvelé que RTE a participé à la 29e édition du salon Space à Rennes du 15 au 18 septembre 2015. Une occasion d’aller à la rencontre des exploitants et un vrai temps fort puisque 80 % des ouvrages de RTE sont installés en milieu agricole.