Search form

En bref
RTE – nord en chiffres: 45 M€

C’est le montant cumulé des taxes versées par RTE sur la région Hauts-de-France en 2016 au titre de la fiscalité directe locale (dont CFE : 3,82 M€, CVAE : 3,62 M€, l’IFER : 10,89 M€, Pylônes : 22,67 M€ et TF : 3,8 M€).

Nouvelle étape pour la ligne Avelin-Gavrelle

Le 19 décembre 2016, la déclaration d’utilité publique du projet Avelin-Gavrelle a été signée par le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer. Après cinq années d’études et de concertation, la reconstruction de la ligne à très haute tension (400000 volts) entre dans une phase opérationnelle : définition du tracé de détail, emplacement des pylônes… Au-delà des engagements pris au cours de la concertation, RTE va honorer trois dispositions demandées par l’État : le rachat des maisons situées à moins de 100 m des câbles et la mise en place d’un suivi médical personnalisé pour les riverains. De plus, un comité de suivi des engagements sera mis en place par le préfet en 2017.

www.rte-ligne-avelingavrelle.com/

Signature de la charte «  Entreprises & Quartiers  » en présence notamment de Sophie Elizéon, préfète déléguée pour l'égalité des chances auprès du préfet du Nord, et Christian Aucourt, délégué RTE Nord.

Nous voyons dans la charte la création d’un véritable pont entre les quartiers et les entreprises.

Sophie Elizéon,
préfète déléguée pour l’égalité des chances auprès du préfet du Nord
Rapprocher les jeunes des quartiers prioritaires et les entreprises

En décembre 2016, RTE a signé avec la préfecture du Nord la charte « Entreprises & Quartiers ». Celle-ci engage l’entreprise au côté de l’État en faveur de l’insertion des jeunes des quartiers prioritaires. Rencontre avec Sophie Elizéon, préfète déléguée pour l’égalité des chances auprès du préfet du Nord.

Dans quel contexte s’inscrit cette signature ? 

Le département du Nord est à la fois dynamique et concerné par des problématiques d’accès à l’emploi, à la formation ou à la mobilité. Les questions de rapprochement entre les mondes des entreprises et des quartiers prioritaires de la politique de la ville mobilisent fortement mes équipes. Or, l’histoire industrielle du département offre deux atouts. Le premier est le nombre important d’entreprises implantées dans les quartiers prioritaires. Le second réside dans l’intérêt que portent les entreprises du territoire aux questions sociales.

Quel est l’objectif de la charte « Entreprises & Quartiers » ?

La déclinaison départementale de la charte « Entreprises & Quartiers » s’appuie sur ces deux forces pour favoriser la rencontre entre les habitants de ces quartiers et les entreprises. Mon ambition est de créer une relation durable entre ces univers voisins qui, trop souvent, s’ignorent ou font preuve d’une certaine défiance. Cela passe par des actions simples : portes ouvertes des entreprises pour les habitants des quartiers, accueil de réunions d’associations dans les locaux des entreprises, visites d’entreprises… Autant d’occasions d’appréhender le tissu économique de son quartier sous un autre angle. Ces passerelles sont aussi des moyens pour les entreprises de déconstruire les idées stéréotypées que certains collaborateurs ont sur les quartiers populaires et leurs habitants.

Que pouvez-vous dire des engagements pris par RTE ?

Je salue le volontarisme de RTE à agir de manière transversale dans de nombreuses orientations de la charte. L’entreprise a bien compris, il me semble, que pour avancer sur le chemin de « cette rencontre » il est nécessaire à la fois de sensibiliser les jeunes à ses métiers et aux parcours de formation qui y conduisent le plus tôt possible, mais également d’aborder des questions plus larges, comme l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, la transmission des compétences, la création d’activités, etc. L’entreprise s’engage notamment à veiller à la prise en compte des profils issus des quartiers prioritaires dans le cadre du recours aux contrats en alternance, à devenir signataire des réseaux de responsabilité sociétale des entreprises tels que FACE (Fondation agir contre l’exclusion) ou Alliances…

Comment pilotez-vous le suivi des engagement ? 

Chaque thématique est assortie de fiches action qui définissent les objectifs, critères et indicateurs d’évaluation. De plus, les délégués du préfet accompagnent la mise en œuvre des projets, notamment par le repérage du public cible et l’impulsion de partenariats entre les entreprises engagées et les acteurs sociaux de proximité. Mais bien plus qu’un catalogue d’actions évaluables, c’est un changement de regards qu’il nous faut conduire. 

En bref
RTE – nord en chiffres: 45 M€

C’est le montant cumulé des taxes versées par RTE sur la région Hauts-de-France en 2016 au titre de la fiscalité directe locale (dont CFE : 3,82 M€, CVAE : 3,62 M€, l’IFER : 10,89 M€, Pylônes : 22,67 M€ et TF : 3,8 M€).

Nouvelle étape pour la ligne Avelin-Gavrelle

Le 19 décembre 2016, la déclaration d’utilité publique du projet Avelin-Gavrelle a été signée par le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer. Après cinq années d’études et de concertation, la reconstruction de la ligne à très haute tension (400000 volts) entre dans une phase opérationnelle : définition du tracé de détail, emplacement des pylônes… Au-delà des engagements pris au cours de la concertation, RTE va honorer trois dispositions demandées par l’État : le rachat des maisons situées à moins de 100 m des câbles et la mise en place d’un suivi médical personnalisé pour les riverains. De plus, un comité de suivi des engagements sera mis en place par le préfet en 2017.

www.rte-ligne-avelingavrelle.com/

Signature de la charte «  Entreprises & Quartiers  » en présence notamment de Sophie Elizéon, préfète déléguée pour l'égalité des chances auprès du préfet du Nord, et Christian Aucourt, délégué RTE Nord.

Nous voyons dans la charte la création d’un véritable pont entre les quartiers et les entreprises.

Sophie Elizéon,
préfète déléguée pour l’égalité des chances auprès du préfet du Nord
Rapprocher les jeunes des quartiers prioritaires et les entreprises

En décembre 2016, RTE a signé avec la préfecture du Nord la charte « Entreprises & Quartiers ». Celle-ci engage l’entreprise au côté de l’État en faveur de l’insertion des jeunes des quartiers prioritaires. Rencontre avec Sophie Elizéon, préfète déléguée pour l’égalité des chances auprès du préfet du Nord.

Dans quel contexte s’inscrit cette signature ? 

Le département du Nord est à la fois dynamique et concerné par des problématiques d’accès à l’emploi, à la formation ou à la mobilité. Les questions de rapprochement entre les mondes des entreprises et des quartiers prioritaires de la politique de la ville mobilisent fortement mes équipes. Or, l’histoire industrielle du département offre deux atouts. Le premier est le nombre important d’entreprises implantées dans les quartiers prioritaires. Le second réside dans l’intérêt que portent les entreprises du territoire aux questions sociales.

Quel est l’objectif de la charte « Entreprises & Quartiers » ?

La déclinaison départementale de la charte « Entreprises & Quartiers » s’appuie sur ces deux forces pour favoriser la rencontre entre les habitants de ces quartiers et les entreprises. Mon ambition est de créer une relation durable entre ces univers voisins qui, trop souvent, s’ignorent ou font preuve d’une certaine défiance. Cela passe par des actions simples : portes ouvertes des entreprises pour les habitants des quartiers, accueil de réunions d’associations dans les locaux des entreprises, visites d’entreprises… Autant d’occasions d’appréhender le tissu économique de son quartier sous un autre angle. Ces passerelles sont aussi des moyens pour les entreprises de déconstruire les idées stéréotypées que certains collaborateurs ont sur les quartiers populaires et leurs habitants.

Que pouvez-vous dire des engagements pris par RTE ?

Je salue le volontarisme de RTE à agir de manière transversale dans de nombreuses orientations de la charte. L’entreprise a bien compris, il me semble, que pour avancer sur le chemin de « cette rencontre » il est nécessaire à la fois de sensibiliser les jeunes à ses métiers et aux parcours de formation qui y conduisent le plus tôt possible, mais également d’aborder des questions plus larges, comme l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, la transmission des compétences, la création d’activités, etc. L’entreprise s’engage notamment à veiller à la prise en compte des profils issus des quartiers prioritaires dans le cadre du recours aux contrats en alternance, à devenir signataire des réseaux de responsabilité sociétale des entreprises tels que FACE (Fondation agir contre l’exclusion) ou Alliances…

Comment pilotez-vous le suivi des engagement ? 

Chaque thématique est assortie de fiches action qui définissent les objectifs, critères et indicateurs d’évaluation. De plus, les délégués du préfet accompagnent la mise en œuvre des projets, notamment par le repérage du public cible et l’impulsion de partenariats entre les entreprises engagées et les acteurs sociaux de proximité. Mais bien plus qu’un catalogue d’actions évaluables, c’est un changement de regards qu’il nous faut conduire. 

Signature de la charte «  Entreprises & Quartiers  » en présence notamment de Sophie Elizéon, préfète déléguée pour l'égalité des chances auprès du préfet du Nord, et Christian Aucourt, délégué RTE Nord.

Nous voyons dans la charte la création d’un véritable pont entre les quartiers et les entreprises.

Sophie Elizéon,
préfète déléguée pour l’égalité des chances auprès du préfet du Nord
Rapprocher les jeunes des quartiers prioritaires et les entreprises

En décembre 2016, RTE a signé avec la préfecture du Nord la charte « Entreprises & Quartiers ». Celle-ci engage l’entreprise au côté de l’État en faveur de l’insertion des jeunes des quartiers prioritaires. Rencontre avec Sophie Elizéon, préfète déléguée pour l’égalité des chances auprès du préfet du Nord.

Dans quel contexte s’inscrit cette signature ? 

Le département du Nord est à la fois dynamique et concerné par des problématiques d’accès à l’emploi, à la formation ou à la mobilité. Les questions de rapprochement entre les mondes des entreprises et des quartiers prioritaires de la politique de la ville mobilisent fortement mes équipes. Or, l’histoire industrielle du département offre deux atouts. Le premier est le nombre important d’entreprises implantées dans les quartiers prioritaires. Le second réside dans l’intérêt que portent les entreprises du territoire aux questions sociales.

Quel est l’objectif de la charte « Entreprises & Quartiers » ?

La déclinaison départementale de la charte « Entreprises & Quartiers » s’appuie sur ces deux forces pour favoriser la rencontre entre les habitants de ces quartiers et les entreprises. Mon ambition est de créer une relation durable entre ces univers voisins qui, trop souvent, s’ignorent ou font preuve d’une certaine défiance. Cela passe par des actions simples : portes ouvertes des entreprises pour les habitants des quartiers, accueil de réunions d’associations dans les locaux des entreprises, visites d’entreprises… Autant d’occasions d’appréhender le tissu économique de son quartier sous un autre angle. Ces passerelles sont aussi des moyens pour les entreprises de déconstruire les idées stéréotypées que certains collaborateurs ont sur les quartiers populaires et leurs habitants.

Que pouvez-vous dire des engagements pris par RTE ?

Je salue le volontarisme de RTE à agir de manière transversale dans de nombreuses orientations de la charte. L’entreprise a bien compris, il me semble, que pour avancer sur le chemin de « cette rencontre » il est nécessaire à la fois de sensibiliser les jeunes à ses métiers et aux parcours de formation qui y conduisent le plus tôt possible, mais également d’aborder des questions plus larges, comme l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, la transmission des compétences, la création d’activités, etc. L’entreprise s’engage notamment à veiller à la prise en compte des profils issus des quartiers prioritaires dans le cadre du recours aux contrats en alternance, à devenir signataire des réseaux de responsabilité sociétale des entreprises tels que FACE (Fondation agir contre l’exclusion) ou Alliances…

Comment pilotez-vous le suivi des engagement ? 

Chaque thématique est assortie de fiches action qui définissent les objectifs, critères et indicateurs d’évaluation. De plus, les délégués du préfet accompagnent la mise en œuvre des projets, notamment par le repérage du public cible et l’impulsion de partenariats entre les entreprises engagées et les acteurs sociaux de proximité. Mais bien plus qu’un catalogue d’actions évaluables, c’est un changement de regards qu’il nous faut conduire. 

En bref
RTE – nord en chiffres: 45 M€

C’est le montant cumulé des taxes versées par RTE sur la région Hauts-de-France en 2016 au titre de la fiscalité directe locale (dont CFE : 3,82 M€, CVAE : 3,62 M€, l’IFER : 10,89 M€, Pylônes : 22,67 M€ et TF : 3,8 M€).

Nouvelle étape pour la ligne Avelin-Gavrelle

Le 19 décembre 2016, la déclaration d’utilité publique du projet Avelin-Gavrelle a été signée par le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer. Après cinq années d’études et de concertation, la reconstruction de la ligne à très haute tension (400000 volts) entre dans une phase opérationnelle : définition du tracé de détail, emplacement des pylônes… Au-delà des engagements pris au cours de la concertation, RTE va honorer trois dispositions demandées par l’État : le rachat des maisons situées à moins de 100 m des câbles et la mise en place d’un suivi médical personnalisé pour les riverains. De plus, un comité de suivi des engagements sera mis en place par le préfet en 2017.

www.rte-ligne-avelingavrelle.com/