Search form

En bref
Un nouveau souffle sur les partenariats

Engagée depuis dix-huit mois avec l’arrivée à la tête de la Direction des Relations Institutionnelles de RTE de Philippe Pillevesse et sa directrice adjointe, Valérie Baroth, cette restructuration des partenariats vise à couvrir plus de champs et à créer des synergies avec d’autres directions de RTE. Outre les partenariats avec les associations d’élus au niveau régional (ARF) ou local (AMRF), des collaborations plus techniques seront développées, comme celle nouée récemment avec le CNER (fédération des agences de développement économique) ou celle à venir sur l’urbanisme. L’ensemble des directions de RTE bénéficiera de ces nouveaux réseaux. Ces partenariats nourrissent l’ambition de RTE d’être reconnu comme un acteur des territoires apportant des solutions et des services au-delà du seul accès à l’électricité.

 
Signature du partenariat avec François Brottes, président de RTE, et Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz.
Une plateforme commune de données sur l’énergie pour les territoires

Mise en service cette année par RTE et GRTgaz, la plateforme Open Data Réseaux Énergies répond aux besoins croissants des acteurs publics en matière de données pour conduire leurs politiques énergétiques. Marie-Claude Ritt, directrice adjointe de la Direction Innovation et Données à RTE, détaille les fonctionnalités et les objectifs de ce nouvel outil au service des territoires.

 

Que propose cette nouvelle plateforme et pour quels utilisateurs ?

Cet open data fournit une grande variété de données à la fois de gaz et d’électricité, relatives à la consommation, à la production, au stockage, à différents échelons de territoires (national, régional, maille IRIS de niveau infracommunal). Ces informations transmises en formats ouverts et interopérables et déjà analysées sont réutilisables en quelques clics. L’accès très intuitif permet de les consulter sous forme de cartes, de graphiques, de tableaux. À un niveau expert, il est possible de les exporter aisément pour les traiter via des API directement exploitables.

Ce nouveau service entièrement gratuit est accessible sur Internet à tout citoyen désireux de s’informer (https://opendata.reseaux-energies.fr). Il est cependant plus spécifiquement destiné aux acteurs du monde de l’énergie et aux pouvoirs publics. C’est en effet un outil précieux dans le cadre de la mise en place des nouvelles politiques liées à la transition énergétique. Il permet aux décideurs d’établir des diagnostics fiables relatifs à un territoire, de construire des scénarios prospectifs en définissant des objectifs, d’évaluer les résultats et de réajuster si nécessaire les orientations prises.

 

Pourquoi une plateforme commune avec GRTgaz ?

C’est une mise en commun naturelle. Nous avions chacun de notre côté notre propre plateforme et nos applications dédiées, destinées à transmettre nos données (éCO2mix, Open Data RTE, GRTgaz+). La nouvelle plateforme constitue un point d’accès unique à l’information pour les collectivités territoriales notamment, car elles ont des besoins spécifiques et multi-énergies en matière de données. C’est une réponse plus adaptée à leur demande. Par ailleurs, l’avenir est aux interactions croissantes entre gaz et électricité : le mix énergétique, le couplage des réseaux. Nous avons vocation à travailler de plus en plus souvent ensemble, ce qui nécessite une cohérence.

 

Quelles évolutions sont envisagées ?

La plateforme sera enrichie avec de nouveaux thèmes (les courbes de charge régionales, les consommations par usage, les émissions de CO2, un inventaire des installations de production, l’accès aux données en temps réel) avec mise à disposition des données en temps réel. De nouveaux partenaires (TIGF, AFGNV) viennent de rejoindre l’initiative ; la plateforme a vocation à être élargie à d’autres opérateurs.

 
En bref
Un nouveau souffle sur les partenariats

Engagée depuis dix-huit mois avec l’arrivée à la tête de la Direction des Relations Institutionnelles de RTE de Philippe Pillevesse et sa directrice adjointe, Valérie Baroth, cette restructuration des partenariats vise à couvrir plus de champs et à créer des synergies avec d’autres directions de RTE. Outre les partenariats avec les associations d’élus au niveau régional (ARF) ou local (AMRF), des collaborations plus techniques seront développées, comme celle nouée récemment avec le CNER (fédération des agences de développement économique) ou celle à venir sur l’urbanisme. L’ensemble des directions de RTE bénéficiera de ces nouveaux réseaux. Ces partenariats nourrissent l’ambition de RTE d’être reconnu comme un acteur des territoires apportant des solutions et des services au-delà du seul accès à l’électricité.

 

Signature du partenariat avec François Brottes, président de RTE, et Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz.
Une plateforme commune de données sur l’énergie pour les territoires

Mise en service cette année par RTE et GRTgaz, la plateforme Open Data Réseaux Énergies répond aux besoins croissants des acteurs publics en matière de données pour conduire leurs politiques énergétiques. Marie-Claude Ritt, directrice adjointe de la Direction Innovation et Données à RTE, détaille les fonctionnalités et les objectifs de ce nouvel outil au service des territoires.

 

Que propose cette nouvelle plateforme et pour quels utilisateurs ?

Cet open data fournit une grande variété de données à la fois de gaz et d’électricité, relatives à la consommation, à la production, au stockage, à différents échelons de territoires (national, régional, maille IRIS de niveau infracommunal). Ces informations transmises en formats ouverts et interopérables et déjà analysées sont réutilisables en quelques clics. L’accès très intuitif permet de les consulter sous forme de cartes, de graphiques, de tableaux. À un niveau expert, il est possible de les exporter aisément pour les traiter via des API directement exploitables.

Ce nouveau service entièrement gratuit est accessible sur Internet à tout citoyen désireux de s’informer (https://opendata.reseaux-energies.fr). Il est cependant plus spécifiquement destiné aux acteurs du monde de l’énergie et aux pouvoirs publics. C’est en effet un outil précieux dans le cadre de la mise en place des nouvelles politiques liées à la transition énergétique. Il permet aux décideurs d’établir des diagnostics fiables relatifs à un territoire, de construire des scénarios prospectifs en définissant des objectifs, d’évaluer les résultats et de réajuster si nécessaire les orientations prises.

 

Pourquoi une plateforme commune avec GRTgaz ?

C’est une mise en commun naturelle. Nous avions chacun de notre côté notre propre plateforme et nos applications dédiées, destinées à transmettre nos données (éCO2mix, Open Data RTE, GRTgaz+). La nouvelle plateforme constitue un point d’accès unique à l’information pour les collectivités territoriales notamment, car elles ont des besoins spécifiques et multi-énergies en matière de données. C’est une réponse plus adaptée à leur demande. Par ailleurs, l’avenir est aux interactions croissantes entre gaz et électricité : le mix énergétique, le couplage des réseaux. Nous avons vocation à travailler de plus en plus souvent ensemble, ce qui nécessite une cohérence.

 

Quelles évolutions sont envisagées ?

La plateforme sera enrichie avec de nouveaux thèmes (les courbes de charge régionales, les consommations par usage, les émissions de CO2, un inventaire des installations de production, l’accès aux données en temps réel) avec mise à disposition des données en temps réel. De nouveaux partenaires (TIGF, AFGNV) viennent de rejoindre l’initiative ; la plateforme a vocation à être élargie à d’autres opérateurs.

 

Signature du partenariat avec François Brottes, président de RTE, et Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz.
Une plateforme commune de données sur l’énergie pour les territoires

Mise en service cette année par RTE et GRTgaz, la plateforme Open Data Réseaux Énergies répond aux besoins croissants des acteurs publics en matière de données pour conduire leurs politiques énergétiques. Marie-Claude Ritt, directrice adjointe de la Direction Innovation et Données à RTE, détaille les fonctionnalités et les objectifs de ce nouvel outil au service des territoires.

 

Que propose cette nouvelle plateforme et pour quels utilisateurs ?

Cet open data fournit une grande variété de données à la fois de gaz et d’électricité, relatives à la consommation, à la production, au stockage, à différents échelons de territoires (national, régional, maille IRIS de niveau infracommunal). Ces informations transmises en formats ouverts et interopérables et déjà analysées sont réutilisables en quelques clics. L’accès très intuitif permet de les consulter sous forme de cartes, de graphiques, de tableaux. À un niveau expert, il est possible de les exporter aisément pour les traiter via des API directement exploitables.

Ce nouveau service entièrement gratuit est accessible sur Internet à tout citoyen désireux de s’informer (https://opendata.reseaux-energies.fr). Il est cependant plus spécifiquement destiné aux acteurs du monde de l’énergie et aux pouvoirs publics. C’est en effet un outil précieux dans le cadre de la mise en place des nouvelles politiques liées à la transition énergétique. Il permet aux décideurs d’établir des diagnostics fiables relatifs à un territoire, de construire des scénarios prospectifs en définissant des objectifs, d’évaluer les résultats et de réajuster si nécessaire les orientations prises.

 

Pourquoi une plateforme commune avec GRTgaz ?

C’est une mise en commun naturelle. Nous avions chacun de notre côté notre propre plateforme et nos applications dédiées, destinées à transmettre nos données (éCO2mix, Open Data RTE, GRTgaz+). La nouvelle plateforme constitue un point d’accès unique à l’information pour les collectivités territoriales notamment, car elles ont des besoins spécifiques et multi-énergies en matière de données. C’est une réponse plus adaptée à leur demande. Par ailleurs, l’avenir est aux interactions croissantes entre gaz et électricité : le mix énergétique, le couplage des réseaux. Nous avons vocation à travailler de plus en plus souvent ensemble, ce qui nécessite une cohérence.

 

Quelles évolutions sont envisagées ?

La plateforme sera enrichie avec de nouveaux thèmes (les courbes de charge régionales, les consommations par usage, les émissions de CO2, un inventaire des installations de production, l’accès aux données en temps réel) avec mise à disposition des données en temps réel. De nouveaux partenaires (TIGF, AFGNV) viennent de rejoindre l’initiative ; la plateforme a vocation à être élargie à d’autres opérateurs.

 

En bref
Un nouveau souffle sur les partenariats

Engagée depuis dix-huit mois avec l’arrivée à la tête de la Direction des Relations Institutionnelles de RTE de Philippe Pillevesse et sa directrice adjointe, Valérie Baroth, cette restructuration des partenariats vise à couvrir plus de champs et à créer des synergies avec d’autres directions de RTE. Outre les partenariats avec les associations d’élus au niveau régional (ARF) ou local (AMRF), des collaborations plus techniques seront développées, comme celle nouée récemment avec le CNER (fédération des agences de développement économique) ou celle à venir sur l’urbanisme. L’ensemble des directions de RTE bénéficiera de ces nouveaux réseaux. Ces partenariats nourrissent l’ambition de RTE d’être reconnu comme un acteur des territoires apportant des solutions et des services au-delà du seul accès à l’électricité.