Search form

En bref
Toulouse et Bordeaux au menu d’éCO2mix

Bordeaux et Toulouse disposent désormais de la version régionalisée d’éCO2mix. Disponible sur Internet et téléchargeable gratuitement sur tablettes et smartphones, cette application donne l’accès aux données de RTE pour suivre en temps réel la consommation d’électricité à l’échelle nationale et régionale, la couverture de la consommation par la production ou encore le mix énergétique. D’autres données sont accessibles, comme les flux interrégionaux, les échanges commerciaux avec les pays frontaliers, la variation des émissions de CO2 générées par la production d’électricité…

Destinée aux industriels et aux institutions qui peuvent bénéficier du mode «  expert  », l’application s’adresse également au plus grand nombre à travers un mode «  public  » ludique et pédagogique. Objectif&nbsp: sensibiliser les consommateurs au caractère fluctuant de la production d’électricité et induire des comportements citoyens, en cas de risque de pénurie par pics de grand froid, ou sur des territoires à l’équilibre fragile entre consommation et production.

Le nouveau poste s’étend sur 5 hectares.

Ce projet a fait l’objet d’un partenariat gagnant-gagnant avec RTE et de retombées économiques positives pour la commune. Dès son lancement, nous avons travaillé en concertation avec les riverains. Après les travaux, des portes ouvertes leur ont permis de visiter le nouveau poste.

 

Thierry Boidé,
maire de Saint-Géraud-de-Corps et conseiller départemental de Dordogne
Un nouveau poste électrique dans le Bergeracois

Depuis le 24  août dernier, un nouveau poste électrique est en service en Dordogne. Situé à Saint-Géraud-de-Corps, il est destiné à faire face à l’évolution de la consommation électrique entre Périgueux, Bergerac et Libourne. Retour sur la réussite de ce projet avec Thierry Boidé, maire de Saint-Géraud-de-Corps et conseiller départemental de Dordogne.

 

Pourquoi le choix de Saint-Géraud-de-Corps pour accueillir ce poste électrique ?

La création d’un nouveau poste électrique était absolument nécessaire pour garantir l’alimentation du secteur et pérenniser le réseau dans le Bergeracois. Au terme d’une série d’études environnementales et techniques et de concertation avec l’ensemble des acteurs locaux menée sous l’égide de la préfecture de Dordogne, un site a été retenu pour accueillir ce poste de 225 000/63 000  volts, avec en parallèle la mise en souterrain d’une ligne 63 000  volts entre Saint-Médard-de-Mussidan et Sainte-Foy-la-Grande (Gironde). En tant qu’élu, j’ai été convaincu par le caractère vital de ce projet et par les arguments de RTE.

 

Quelles ont été les réactions des habitants face à la construction de ce poste ?

Il n’y a eu aucune opposition grâce à la pédagogie déployée avec RTE tout au long du projet. Dès son lancement, nous avons travaillé en concertation avec les riverains, ce qui a permis de mieux gérer les contraintes des travaux pendant la phase de terrassement. Lors de portes ouvertes organisées fin juin, à ma demande la population a pu visiter le poste une fois construit. Je tiens à souligner la qualité du travail des équipes de RTE, dont Thibaud Chatry, qui ont fait preuve de compétences, mais aussi d’une grande diplomatie, en prenant en compte le facteur humain, notamment lors de l’achat des terrains.

 

Quels sont les impacts pour votre commune ?

Cette construction, intégralement prise en charge par RTE pour un montant de 22  millions d’euros dont 8  millions d’euros pour le poste électrique, donne lieu au versement annuel d’une redevance de 50 000  € à la commune. Comme RTE nous l’avait indiqué, le nouveau poste qui s’étend sur 3 hectares ne donne lieu à aucune nuisance pour les riverains et n’est pas visible depuis la voie communale. L’impact de l’ouvrage sur le milieu naturel a été limité au maximum.
Des études très pointues ont été menées en amont du projet par des experts de RTE dans le but de préserver la biodiversité spécifique de cette zone. Les entreprises locales ont pu également bénéficier de la mise en œuvre du projet, notamment pour le terrassement du poste électrique. Le restaurant situé sur la commune a aussi beaucoup travaillé durant le chantier. 

En bref
Toulouse et Bordeaux au menu d’éCO2mix

Bordeaux et Toulouse disposent désormais de la version régionalisée d’éCO2mix. Disponible sur Internet et téléchargeable gratuitement sur tablettes et smartphones, cette application donne l’accès aux données de RTE pour suivre en temps réel la consommation d’électricité à l’échelle nationale et régionale, la couverture de la consommation par la production ou encore le mix énergétique. D’autres données sont accessibles, comme les flux interrégionaux, les échanges commerciaux avec les pays frontaliers, la variation des émissions de CO2 générées par la production d’électricité…

Destinée aux industriels et aux institutions qui peuvent bénéficier du mode «  expert  », l’application s’adresse également au plus grand nombre à travers un mode «  public  » ludique et pédagogique. Objectif&nbsp: sensibiliser les consommateurs au caractère fluctuant de la production d’électricité et induire des comportements citoyens, en cas de risque de pénurie par pics de grand froid, ou sur des territoires à l’équilibre fragile entre consommation et production.

Le nouveau poste s’étend sur 5 hectares.

Ce projet a fait l’objet d’un partenariat gagnant-gagnant avec RTE et de retombées économiques positives pour la commune. Dès son lancement, nous avons travaillé en concertation avec les riverains. Après les travaux, des portes ouvertes leur ont permis de visiter le nouveau poste.

 

Thierry Boidé,
maire de Saint-Géraud-de-Corps et conseiller départemental de Dordogne
Un nouveau poste électrique dans le Bergeracois

Depuis le 24  août dernier, un nouveau poste électrique est en service en Dordogne. Situé à Saint-Géraud-de-Corps, il est destiné à faire face à l’évolution de la consommation électrique entre Périgueux, Bergerac et Libourne. Retour sur la réussite de ce projet avec Thierry Boidé, maire de Saint-Géraud-de-Corps et conseiller départemental de Dordogne.

 

Pourquoi le choix de Saint-Géraud-de-Corps pour accueillir ce poste électrique ?

La création d’un nouveau poste électrique était absolument nécessaire pour garantir l’alimentation du secteur et pérenniser le réseau dans le Bergeracois. Au terme d’une série d’études environnementales et techniques et de concertation avec l’ensemble des acteurs locaux menée sous l’égide de la préfecture de Dordogne, un site a été retenu pour accueillir ce poste de 225 000/63 000  volts, avec en parallèle la mise en souterrain d’une ligne 63 000  volts entre Saint-Médard-de-Mussidan et Sainte-Foy-la-Grande (Gironde). En tant qu’élu, j’ai été convaincu par le caractère vital de ce projet et par les arguments de RTE.

 

Quelles ont été les réactions des habitants face à la construction de ce poste ?

Il n’y a eu aucune opposition grâce à la pédagogie déployée avec RTE tout au long du projet. Dès son lancement, nous avons travaillé en concertation avec les riverains, ce qui a permis de mieux gérer les contraintes des travaux pendant la phase de terrassement. Lors de portes ouvertes organisées fin juin, à ma demande la population a pu visiter le poste une fois construit. Je tiens à souligner la qualité du travail des équipes de RTE, dont Thibaud Chatry, qui ont fait preuve de compétences, mais aussi d’une grande diplomatie, en prenant en compte le facteur humain, notamment lors de l’achat des terrains.

 

Quels sont les impacts pour votre commune ?

Cette construction, intégralement prise en charge par RTE pour un montant de 22  millions d’euros dont 8  millions d’euros pour le poste électrique, donne lieu au versement annuel d’une redevance de 50 000  € à la commune. Comme RTE nous l’avait indiqué, le nouveau poste qui s’étend sur 3 hectares ne donne lieu à aucune nuisance pour les riverains et n’est pas visible depuis la voie communale. L’impact de l’ouvrage sur le milieu naturel a été limité au maximum.
Des études très pointues ont été menées en amont du projet par des experts de RTE dans le but de préserver la biodiversité spécifique de cette zone. Les entreprises locales ont pu également bénéficier de la mise en œuvre du projet, notamment pour le terrassement du poste électrique. Le restaurant situé sur la commune a aussi beaucoup travaillé durant le chantier. 

Le nouveau poste s’étend sur 5 hectares.

Ce projet a fait l’objet d’un partenariat gagnant-gagnant avec RTE et de retombées économiques positives pour la commune. Dès son lancement, nous avons travaillé en concertation avec les riverains. Après les travaux, des portes ouvertes leur ont permis de visiter le nouveau poste.

 

Thierry Boidé,
maire de Saint-Géraud-de-Corps et conseiller départemental de Dordogne
Un nouveau poste électrique dans le Bergeracois

Depuis le 24  août dernier, un nouveau poste électrique est en service en Dordogne. Situé à Saint-Géraud-de-Corps, il est destiné à faire face à l’évolution de la consommation électrique entre Périgueux, Bergerac et Libourne. Retour sur la réussite de ce projet avec Thierry Boidé, maire de Saint-Géraud-de-Corps et conseiller départemental de Dordogne.

 

Pourquoi le choix de Saint-Géraud-de-Corps pour accueillir ce poste électrique ?

La création d’un nouveau poste électrique était absolument nécessaire pour garantir l’alimentation du secteur et pérenniser le réseau dans le Bergeracois. Au terme d’une série d’études environnementales et techniques et de concertation avec l’ensemble des acteurs locaux menée sous l’égide de la préfecture de Dordogne, un site a été retenu pour accueillir ce poste de 225 000/63 000  volts, avec en parallèle la mise en souterrain d’une ligne 63 000  volts entre Saint-Médard-de-Mussidan et Sainte-Foy-la-Grande (Gironde). En tant qu’élu, j’ai été convaincu par le caractère vital de ce projet et par les arguments de RTE.

 

Quelles ont été les réactions des habitants face à la construction de ce poste ?

Il n’y a eu aucune opposition grâce à la pédagogie déployée avec RTE tout au long du projet. Dès son lancement, nous avons travaillé en concertation avec les riverains, ce qui a permis de mieux gérer les contraintes des travaux pendant la phase de terrassement. Lors de portes ouvertes organisées fin juin, à ma demande la population a pu visiter le poste une fois construit. Je tiens à souligner la qualité du travail des équipes de RTE, dont Thibaud Chatry, qui ont fait preuve de compétences, mais aussi d’une grande diplomatie, en prenant en compte le facteur humain, notamment lors de l’achat des terrains.

 

Quels sont les impacts pour votre commune ?

Cette construction, intégralement prise en charge par RTE pour un montant de 22  millions d’euros dont 8  millions d’euros pour le poste électrique, donne lieu au versement annuel d’une redevance de 50 000  € à la commune. Comme RTE nous l’avait indiqué, le nouveau poste qui s’étend sur 3 hectares ne donne lieu à aucune nuisance pour les riverains et n’est pas visible depuis la voie communale. L’impact de l’ouvrage sur le milieu naturel a été limité au maximum.
Des études très pointues ont été menées en amont du projet par des experts de RTE dans le but de préserver la biodiversité spécifique de cette zone. Les entreprises locales ont pu également bénéficier de la mise en œuvre du projet, notamment pour le terrassement du poste électrique. Le restaurant situé sur la commune a aussi beaucoup travaillé durant le chantier. 

En bref
Toulouse et Bordeaux au menu d’éCO2mix

Bordeaux et Toulouse disposent désormais de la version régionalisée d’éCO2mix. Disponible sur Internet et téléchargeable gratuitement sur tablettes et smartphones, cette application donne l’accès aux données de RTE pour suivre en temps réel la consommation d’électricité à l’échelle nationale et régionale, la couverture de la consommation par la production ou encore le mix énergétique. D’autres données sont accessibles, comme les flux interrégionaux, les échanges commerciaux avec les pays frontaliers, la variation des émissions de CO2 générées par la production d’électricité…

Destinée aux industriels et aux institutions qui peuvent bénéficier du mode «  expert  », l’application s’adresse également au plus grand nombre à travers un mode «  public  » ludique et pédagogique. Objectif&nbsp: sensibiliser les consommateurs au caractère fluctuant de la production d’électricité et induire des comportements citoyens, en cas de risque de pénurie par pics de grand froid, ou sur des territoires à l’équilibre fragile entre consommation et production.